A Sonai à l'ouest d'Iriomote se trouve une petite izakaya tenue par une charmante famille. Le père est aux fourneaux, la mère est au service et les deux petites filles font leur devoir ou jouent dans le coin qui a été aménagé spécialement pour elles. On a poussé la porte complètement par hasard et on a tellement été séduits qu'on est retournés y manger chaque soir.

Au cours d'une discussion avec le cuistot on apprend qu'il donne régulièrement des cours de gyoza (raviolis japonais) dans l'école élémentaire située à deux pas. Ni une ni deux on annule notre séance de kayak et on s'incruste pour apprendre tous les secrets de fabrication des gyoza. Pour le coup je n'ai jamais vu Fabien si enthousiaste de se lever à 7h du mat, il était même prêt avant moi!

Arrivés devant l'école on était un peu stressés, on avait l'impression de faire notre rentrée des classes hihi! Les profs étaient finalement bien plus contentes de nous rencontrer que les enfants, eux s'en fichaient pas mal et étaient surtout excités à l'idée de cuisiner.

Ca a été une expérience formidable, on a vraiment adoré. L'ambiance était super sympa parce que les autres profs passaient de temps en temps mettre la main à la pâte, et tous parlaient anglais donc on a pu avoir plein d'échanges avec eux. Moi qui pensais que ce serait un petit cours vite fait que nenni! Pas question d'utiliser des feuilles de pâte toutes prêtes, les enfants ont dû tout préparer de A à Z. C'était un plaisir de les voir travailler, certes ils chahutaient comme tous les enfants mais ils étaient extrêmement respectueux; le petit discours traditionnel de remerciement à la fin des activités scolaires ne cessera décidément jamais de me surprendre...

Sensei ("maître") et ses élèves

Voici les différentes étapes de la préparation des gyoza:

1) on prépare la pâte qui est un mélange d'eau et de farine (là je me tenais en retrait, ça aurait été ballot de me taper une contamination!)

Elle est très compacte au début, il faut avoir de la poigne!
2) on émince finement le chou

A croire qu'il avait prévu notre arrivée celui-là!

3) on mélange la viande de porc haché avec de la graisse, de l'ail et de la ciboulette; et ensuite on ajoute le chou


4) on fait des petits boudins avec la pâte qui a reposé et on les coupe en tronçons


5) on étale la pâte pour faire des petits ronds


6) on les fourre, on fait un super pliage et on cuit à la poêle en versant dans un 2ème temps un peu d'eau pour qu'ils soient bien grillés en-dessous et moelleux au-dessus


7) on copie la recette au tableau dans son joli cahier

Certains ne sont pas très inspirés!
8) on pose un bol de sauce soja au milieu de la table et on regarde les gamins s'empiffrer gaiement!


Chaque professeur avait droit d'y goûter mais il y avait un nombre bien défini de gyoza par personne, heureusement pour eux que je n'en mangeais pas! Et pas de passe-droit pour le directeur qui s'est vu refuser catégoriquement un petit gyoza supplémentaire après avoir demandé plein d'espoir "Seulement un?"!


La prof d'anglais et la prof de tâches domestiques

Ce qui est dingue c'est qu'ils ont des cours de tâches domestiques et ce qui est super c'est que ça s'adresse indifféremment aux filles comme aux garçons. Dans la salle de classe il y avait plein de panneaux pour leur expliquer comment émincer les légumes, ranger leur chambre, plier le linge ou utiliser une machine à coudre.



Après cette matinée bien remplie on est partis faire un petit bout du trail qui traverse Iriomote du nord au sud. En fait on a énormément hésité à le faire en entier; voici quelques infos qu'on a réussies à glaner à droite à gauche si ça vous intéresse:

-il faut s'enregistrer à la police
-le trail fait 18km de long, mais comme c'est 18km de jungle on se traîne
-apparemment il n'y a pas de refuge pour dormir
-il vaut mieux le faire en pleine saison car il y a du monde, en hiver quasiment personne ne le fait. De plus en hiver le chemin risque d'être encombré par des arbres qui seront tombés
-il n'y a pas de réseau or il faut savoir qu'il y a plein de habu qui traînent dans le coin (outre les prévisions météo pourries c'est ça qui nous a démotivés; au printemps et en été c'est pas grave parce que y a d'autres randonneurs mais là c'était bof bof...)
-prévoyez de ne pas finir le trail trop tard parce qu'il vous faudra ensuite attraper un bus ou faire du stop pour reprendre votre voiture au nord

On a choisi de remonter le chemin en partant du sud, c'était sympa. On a assisté d'ailleurs à un hélitreuillage, je sais pas si le type s'était fait piquer par un habu ou s'était foulé la cheville mais pour le coup on s'est dit qu'on avait bien fait d'abandonner...


la Nakama-gawa
Le soir on a fait des courses à la supérette et on s'est lancés dans un barbuc au camping. On avait choisi notre soirée, ce fut un véritable déluge...Heureusement que y avait de l'essence pour allumer le bois parce que sinon on les bouffait crues nos crevettes! Enfin on s'est quand même amusés comme des petits fous et j'ai réussi à nous concocter un dessert digne de ce nom, vadrouille ou pas c'est plus fort que moi :p J'ai ouvert des bananes en deux, je les ai fourrés avec du chocolat et hop sur les braises entre deux assiettes alu, le résultat était divin huuuuum^^


Evidemment y a toujours des sales bestioles qui virevoltent et que Fabien trouve très photogéniques...

L'activité principale à Iriomote est le kayak. Je n'en avais jamais fait et comme je ne suis pas très sport d'eau j'appréhendais un peu, mais finalement c'était une super expérience. On a choisi de prendre un biplace (plus stable) parce qu'il faisait un temps de merde avec plein de vent, mais apparemment on a plus de sensation en solo (on vous propose de louer des chaussures spéciales qui accrochent, je vous le conseille fortement car ça glisse énormément sur le sentier). Le briefing sur la route était marrant, on avait pas l'air neuneus à pagayer dans le vide! Le type nous a dit que tous les couples revenaient fâchés, et comme on est du style à se taper dessus pour ce genre de trucs je pensais qu'on s'étriperait! Eh ben finalement même pas, ah j'étais fière de nous!

Ce que j'ai adoré dans le kayak c'est la sensation de liberté. C'était très dur par moment à cause du vent et du courant contraire, mais quel bonheur d'être dans la mangrove. En fait on nous laisse seuls avec le kayak et on nous donne un plan pour aller voir la cascade de Pinaisara. Après avoir réussi à amarrer la bête avec un triple nœud nous voilà donc partis pour le petit trail. Les racines des arbres sont vraiment hyper impressionnantes, c'est dommage ça ne rend pas bien parce qu'on a pris les photos avec la mini-caméra (vivi, vous aurez droit à un petit film!). Mais ce que j'ai préféré c'est la cascade (vue d'en bas car d'en haut on se rend moins compte), elle faisait un de ces boucans c'était un truc de dingue!

C'est parti mon kiki!
Pinaisara-no-taki, majestueuse
Pour notre dernière matinée, on a fait une petite croisière sur la Nakama-gawa. Soudainement sur le bateau on entend un cri de terreur et on voit une nana se lever en courant en désignant quelque chose par terre. La pauvre avait trouvé un serpent d'eau tranquillement lové à côté de son pied! Nous on était ravis, ça a mis un peu d'animation! Après que tout le monde l'a mitraillé, le capitaine l'a héroïquement remis à l'eau; un petit rappel qu'à Iriomote la nature est vraiment partout...



Le but de la croisière est d'aller admirer le plus gros arbre du Japon qui a des racines absolument énormes (jusqu'à 2 mètres de hauteur!), un vrai monument naturel.



Et voilà notre périple s'achevait, on est rentrés en bateau à Ishigaki, ensuite Tokyo (on n'aime définitivement pas cette ville! Il faut dire que le contraste avec Iriomote était rude) puis retour à Paris le moral dans les chaussettes...

Comme vous vous en doutez ce ne sera certainement pas notre dernier voyage au Japon, il nous reste encore plein de choses à découvrir et notamment des volcans à escalader :p

Pour finir: les traditionnels aspects pratiques




Libélés : , , , , , , , .
Vous pouvez laisser un commentaire et suivre les réponses grâce à son flux RSS 2.0.

4 commentaires:

    Titite a dit…

    ah les gyozas, tu m'étonnes qu'il était content (et levé... TÔT) fabien, ils avaient succulents !
    sinon, je suis impressionnée par ces racines, je n'ai jamais vu ça c'est très impressionnant !

  1. ... le 30 mars 2012 à 16:41  
  2. Riricuisine a dit…

    Magnifique reportage encore une fois! Tes gyozas me donnent l'eau à la bouche, et quant à tes photos de nature elles sont fabuleuses, ses arbres avec leurs racines pareilles à des ruban de jute c'est superbe!

  3. ... le 1 avril 2012 à 21:03  
  4. Pierre Bear a dit…

    Mai OUI les cours de gyoza! Encore un super conseil, je vais tester ca :D En plus j'ai adore ce cote de l'ile, de Sonai a Funauki. si beau, si paisible.

    Merci!

  5. ... le 28 février 2017 à 02:55  
  6. Pralinette a dit…

    Oh oui vas-y, je suis sûre qu'il y est encore; tu vas kiffer et te régaler! Tu me donneras des news hein? :p

  7. ... le 28 février 2017 à 08:47